Edition AUTOMNE 2021

Bulles, pipe et chocolat

Belgique

| Art de vivre

Trois bonnes raisons d'aller à Bruxelles.


« En Belgique, on parle plusieurs langues. L'image est un excellent moyen de communiquer. Ce petit pays voulait se démarquer, autrefois, de l'influence française et néerlandaise. Peu après 1900, Bruxelles s'inspira des premiers « comics » que les journaux new yorkais publiaient. Un « melting pot » culturel. Bruxelles s'installe alors sur le créneau de la BD. Le premier Tintin sort en 1929. » résume Willem De Graeve, directeur du Centre Belge de la bande dessinée (20, rue des Sables, www.cbbd.be).

 

 

Installé dans les anciens magasins Waucquez de style Art nouveau créé par l'architecte Victor Horta, ce musée ouvrait ses portes il y a 25 ans. Pour fêter l'événement, le royaume des Schtroumpfs et de Lucky Luke fait peau neuve et se présente avec une muséographie toute nouvelle.

 

 

 

Rêvez les yeux ouverts

 

Ce monde des bulles sur 4000 m2, avec 5000 dessins originaux et une bibliothèque composée de BD en 40 langues, accueillit plus de 200 000 visiteurs l'an passé. Il arrive juste derrière l’exposition consacrée à René Magritte. Mais avant de filer aux Musées royaux des Beaux-Arts de la Belgique, faites un saut, juste en face, pour découvrir le musée dédié à l'inventif Marc Sleen, créateur de Néron. Puis, apprécier la BD en 3D au MOOF Museum (Gare Centrale, www.moofmuseum.be). Le 9ème art s'y décline en figurines de collection.

 

 

Imagination débridée

 

Enfin, entrez dans l'univers de celui qui voulait que l'effet causé par une oeuvre passe avant l'oeuvre elle-même. Le musée Magritte (3, rue de la Régence, www.finearts-museum.be ) propose les plus belles œuvres - soit 250 réparties sur 5 niveaux - du plus célèbre des surréalistes bruxellois. René Magritte (1898-1967) n'a cessé de brouiller les pistes pour garantir à l'image sa capacité de surprise, pour transformer l'évidence en mystère. Est-ce une pipe ? Si oui, est-elle en bruyère ou en chocolat ?

 

Un autre franc-tireur

 

Les boutiques des artisans chocolatiers se côtoient sur la Place du Grand Sablon. Godiva, Neuhaus et Leonidas ont passé à la production industrielle, Pierre Marcolini est apprécié des snobs, Wittamer, traditionnel pourtant, appose des insectes dorés sur ses fondants,...

 

Le dernier venu, Laurent Gerbaud, s'est mis un peu à l'écart de ce haut lieu des pralines bruxelloises. Son atelier/magasin se trouve au numéro 2 de la rue Ravenstein, tout près du musée Magritte. « Je suis parti deux ans en Chine avec l'idée d'importer du chocolat belge. J'avais juste oublié que les Chinois n'ont pas le goût du sucré. Je suis rentré en 2001 avec tout plein d'idées nouvelles ».

 

 

Cet artisan, au parcours atypique puisqu'au départ il est historien médiéviste, oublie le beurre, la crème et le sucre rajoutés, des ingrédients moins chers que le cacao. Il se dirige résolument vers une alchimie nouvelle de saveurs. L'une de ses dernières créations : un chocolat au lait 50% avec du cumin vert d'Alnif du Maroc. Laurent Gerbaud n'oublie toutefois pas les classiques : la truffe pralinée avec une noisette du Piémont est son best seller. « Je pense que cette année, ma production, toutes spécialités confondues, va dépasser les 6 tonnes de pralines. ».

 

Claude-Yves Reymond

Wellness & Santé septembre 2014

 

 

TOP infos

 

Aller. L'avion, assurément le plus pratique, avec un vol pratiquement chaque heure au départ de la Suisse. Trois compagnies se partagent ce marché : Swiss Brussels Airlines et easyJet. Comparez les prix en ajoutant les bagages mis en soute que facture la low cost.

 

Dormir. Sous direction familiale, le boutique hôtel Manos premier (Chaussée de Charleroi 100-106, tél.:+ 32 (0)2 5379682, www.manospremier.com) est idéalement situé, à deux pas de l'Avenue Louise et des transports publics.

D'une manière générale pour trouver et réserver un hôtel, utiliser la plate-forme belge: www.brusselbookingdesk.be.

 

Manger. Une spécialité bruxelloise: vol au vent ou endives au jambon à la Brasserie La Roue d’Or (Rue des Chapeliers 26, www2.resto.be/rouedor). Ou pour un lunch léger avec une tartine au fromage blanc accompagnée d'une gueuse: La Fleur en Papier Doré (55, rue des Alexiens, www.lafleurenpapierdore.be). Le rendez-vous des surréalistes d'autrefois.

 

Acheter. Des pralines dans l'un des commerces de Place du Grand Sablon. Les amateurs de marché aux puces se retrouvent sur la Place du Jeu de Balle, chaque jour de la semaine.

 

Agender. Commémoration en 2015 du bicentenaire de la bataille de Waterloo (www.visitwaterloo.be).La ville de Mons sera capitale culturelle (www.mons2015.eu)

 

Se renseigner. Wallonie-Bruxelles Tourisme: info@walloniebruxellestourisme.be

www.belgique-tourisme.be, www.visitbrussels.be

 

 

 

 

L'oscar de la découverte

Bruxelles, une grande ville mais à échelle humaine. Qualité de vie et accueil des gens.

 

 

03.12.2014 10:19

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Origine confinement

Belgique

| PhotoBrussels Festival 05

Nouvelles dates: du 21 janvier au 27 mars 2021

Découverte Liège Sacré Georges !

Belgique

| Sur les pas de Georges Simenon

Passé minier, sidérurgie en reconversion et tendance design actuelle, la ville natale de Georges Simenon est surprenante avec ses curiosités à chaque coin de rue.

Publicité