Edition AUTOMNE 2021

Que reste-t-il de Berlin-Est?

Allemagne

| Berlin « 1 + 1 = ? »

La mégapole branchée-déjantée poursuit son éternelle mouvance avec le respect du goût de ses habitants. Pour combien de temps encore?


Il paraît que changer ses habitudes alimentaires soit l’une des choses les plus difficiles pour l’homme. Dis-moi donc ce que tu manges et je te dirai où tu habites à Berlin ! A l’ex-ouest, il y a un pot de Nutella dans le réfrigérateur. A l’ex-est, la pâte à tartiner s’y trouve aussi mais elle s’appelle Nudossi. Une gourmandise de la période communiste avec 36% de noisettes alors que la rivale capitaliste n’en contient que 13%.

La liste est non exhaustive : Nivea ou Florena (la marque fur rachetée par Beiersdorf après la chute du Mur) sont dans les salles de bain. Vita Cola avec son goût de citron déjà inclus et Osta-Cola font de la résistance à Coca et Pepsi alors que le chocolat Bambina continue de rivaliser avec Milka. Sans oublier les vins mousseux, les bouillons cubes, les concombres au vinaigre et le ketch up Werder conçu avec les tomates - bio avant l’heure – cultivées dans la campagne ex-est berlinoise comme depuis toujours.

 

Hâtez-vous, question de normes !

 

« Ces produits existent encore mais il n’est pas facile cependant de les trouver dans les Supermarkt habituels, ou Konsum comme on disait autrefois à l’est. La jeune génération n’a pas ou n’a plus le souvenir gustatif de ces spécialités comme l’ont encore leurs parents et leurs grands-parents, dit Herr Stelter, responsable du magasin « Ospaket » ( am Alexanderplatz Karl-Liebknecht Strasse 13). Nous les avons réunis ici pour une clientèle fidèle et les touristes « bobos ». A chaque visite, le panier de la ménagère varie entre 30 et 90 euros à la caisse. Les achats se glissent non pas dans un sac en plastique mais dans le minuscule filet de coton originel qui, très extensible, supportera au moins 12 bouteilles de bière. »

 

Ostpacket

 

ketchup werder

 

Une visite dans ce commerce s’impose, d’autant plus qu’il est à deux pas de la tour de la télévision, l’une des attractions de Berlin les plus visitées où une réservation s’impose pour éviter les files d’attente.

 

berlin

 

Faites-vite cependant ! Le bâtiment abritant « Ostpaket » ne correspond plus aux normes d’isolation en vigueur à Berlin et fermera pour de longs travaux à la fin d’octobre. Les propriétaires de l’enseigne sont à la recherche d’une nouvelle adresse… à dénicher prochainement sur www.ostpaket-berlin.de

 

Du côté des prescriptions, la capitale allemande fait effectivement très fort. Le tout nouvel aéroport « Berlin Brandebourg Willy Brandt » devait être inauguré en juin. En raison de quelques « imprévus », l’ouverture est agendée pour mars l’année prochaine. Berlin a toujours été une ville fauchée, les pertes pour les entreprises concernées s’avèrent vertigineuses mais qu’importe ! La métropole en mouvance perpétuelle en a vu bien d’autres : le Berlinois vit pleinement au jour le jour, entre résilience et atavisme. Vos avantages ? L’occasion d’atterrir encore, dans une foire d’empoigne sympathique, à Tegel complètement saturé au cœur de la ville ex-ouest - c’est vraiment moins loin que Schönefeld à l’ex-est - et de se souvenir du pont aérien en activité pendant 40 ans.

 

Témoignage

 

A une vingtaine de minutes à pied depuis l’Alexanderplatz, remontez la Karl-Marx Allee jusqu’au numéro 72 et arrêtez-vous au cafe Sibylle. Assurément, vous y rencontrerez Artur Schneider qui dirige actuellement cet établissement, une institution depuis 1950 lorsque la tasse de café ne coûtait que 90 pfennig. Au terme de la dégustation d’un traditionnel façon est « Schwedeneisbecher » (glace vanille, pommes et liqueur aux œufs), il aura à cœur de vous montrer le petit musée qu’il a conçu en ces lieux. « Chacun croit que la reconstruction de cette partie de Berlin est de style stalinien ou communiste. Il s’agit plutôt du respect de l’architecture classique prussienne comme en témoignent les coupoles des édifices au bout de l’Allee. Elles rappellent celles des églises française et allemande de la Gendarmentplatz datant du XVIIIème siècle. »

cafe sibylle

 

« Sans-Souci »

 

Avouons-le, il est permis et d’usage de se perdre dans l’histoire de Berlin tout comme dans les couloirs souterrains des transports publics pour trouver la ligne S7 à destination de Potsdam, en excursion impérative d’un jour.

 

potsdam

 

Pas de panique, vous savez vivre à l’heure de l’errance du « Sans-Souci » comme les Berlinois ! Avez-vous trouvé le bon quai après avoir demandé votre chemin à un autochtone que l’on dit grande gueule, se mêlant de ce qui ne le regarde pas mais toujours prêt à rendre service ? Oui, alors vous voici à bord d’une ligne de l’ex Allemagne de l’Est ! Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les alliés décidèrent, en effet, que le service S-Bahn devra être remis en état et le service assuré par le Deutsche Reichsbahn est-allemand (DR).

 

La vie de château

 

Potsdam célèbre cette année le 300 ème anniversaire de la naissance de Frédéric II de Prusse. Un peu avant 1745, ce despote éclairé, qui fit entrer son pays dans la cour des grandes puissances européennes, décida de la construction de sa résidence d’été. Dans un style rococo dit « frédéricien », le Palais Sans-Souci est une enfilade de dix pièces dont l’étroitesse des portes ne permettait pas le passage des crinolines des galantes de l’époque. Les jardins en terrasse sont une pure merveille.

 

sans-souci

Les festivités « Frederiksberg » se poursuivent jusqu’au 28 octobre de cette année.

 

 

Claude-Yves Reymond pour Wellness & Santé magazine - automne 2012

 

 

L’oscar de la découverte

5 sur 5

Il y a toujours quelque chose de surprenant à voir ou à faire à Berlin. L’an passé, 182 993 Suisses rentrèrent enchantés de leur escapade d’au moins 3 jours dans cette métropole en vogue. Autres atouts : la « Berlin Welcome Card » (www.berlin-welcomecard.de) pratique est très vite rentabilisée ; les prix des hôtels et des restaurants, par ailleurs, demeurent fort raisonnables pour une capitale européenne.

 

Version pdf en français

Version pdf en allemand

 

Se loger:

 

A Berlin, l’Hotel Centrovital **** (Neuendorfer Strasse 25, D – 13 585 Berlin, www.centrovital-berlin.de).

Dans la partie ouest de la ville, au bord du lac de Spandau, voua attend une combinaison unique et typiquement allemande qui réunit l'hôtel, le spa et le fitness, soit plaisir et santé.

Puis, dans le Brandebourg, près de Potsdam, l’Hotel Resort Schwielowsee ****S (Am Schwielowsee 117, D - 14542 Werder OT Petzow, www.resort-schwielowsee.de). Un cocktail de bienvenue vous sera offert à votre arrivée dans cet établissement merveilleusement situé. Le libre accès au Wellness Center TAO.

 

 

 

 

INFOS

 

Office du tourisme d’Allemagne

Freischützgasse 3

8004 Zürich

Tel. 044 213 22 00

office-switzerland@germany.travel

 

www.visitBerlin.de

www.reiseland-brandenburg.de

 

04.10.2012 16:39

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Cure thermale bienfaisante

Allemagne

| Bad Mergentheim dans le Bade-Wurtemberg

Le pouvoir de guérison des profondeurs du Taubergrund.

Hambourg H2O

Allemagne

| Qui a dit qu'il pleuvait toujours à Hambourg?

Balade aquatique dans le deuxième plus grand port d’Europe. Suivez le guide pas à pas d’une anecdote à l’autre!

Publicité