Edition AUTOMNE 2021

De Montréal à Québec

Canada

| Toute glace rompue

« Je reviendrai à Montréal… » fredonnait Robert Charlebois. On y va une fois… et on y retourne. Parce que l’accueil chaleureux des habitants et les paysages magnifiques du Québec sont toujours au rendez-vous.


Comment se déplacer à Montréal aux distances forcément très américaines ? Tout simplement, comme la majorité de la population avoisinnant 1,9 millions d’habitants, en « BMW ». Comprenez par là : « Bike, Metro, Walk ». Dans la deuxième ville francophone du monde, cela signifie : vélo, métro et marche à pied. Le ton est ainsi donné entre l’anglais et le français savoureux du Canada où vous prendrez un escalier mobile pour roulant, mangerez peut-être un Mac Poulet et magasinerez chez le dépanneur, petite boutique de quartier. Ici, « on ne s’énerve pas les poils des jambes » et chacun reste « cool ».

 

montreal

 

Facile à découvrir

Montréal compte plus de 600 kilomètres cyclables. Alors pourquoi ne pas louer un vélo chez Fitz et Follwel Co., le pionnier du genre au 115 de l’avenue du Mont-Royal, qui organise des visites guidées de 3 à 5 heures. En compagnie expérientée, à vous le Mont Royal, l’une des 9 collines dominant la ville, le Vieux-Port avec le Centre des sciences de Montréal doté d’un cinéma IMAX, le Vieux-Montréal avec l’imposante Basilique Notre-Dame de style néo-gothique et le marché  Jean-Talon, le plus populaire depuis 1934.

 

montreal

 

De nombreuses haltes de détente et  de restauration sont prévues. Un « smoothie » bio chez Crudessence (1584, av. Laurier Est), par exemple, ainsi qu’une « poutine » (plat typiquement québecois et très calorique composé de frites recouvertes de fromage et  de sauce barbecue) au Resto La Banquise (994, rue Rachel Est). Pas de problème : le vélo permet de brûler les graisses superflues.

Il faut compter 3 jours pour profiter pleinement de Montréal dont les gratte-ciel ne dépassent pas 51 étages afin que chacun puisse voir le Mont Royal.

 

eastman

 

Au naturel

Pendant le week-end, les Montréalais filent souvent dans les Cantons de l’Est. Danie Béliveau, déléguée au tourisme de cette région, précise : «Nous accueillons plus de 6 millions de visiteurs, dont 80% de Québécois, par année. Alors pourquoi pas vous en provenance de la Suisse ?»

 

spa eastman

 

A un peu plus de deux heures de voiture avec GPS obligatoire et « pause santé » en canadien (arrêt pipi en français), Eastman est un village typique quasiment perdu au milieu des grands espaces.  On y vient pour manger les plats que mijotent Eve Rozon dans son Café Bistro Les Trois Grâces (338, rue Principale), faire le plein de cosmétiques 100% naturel confectionnés par Marie-Eve Lejour à La savonnerie des Diligences (1158, ch. des Diligences) et quelques soins ou un séjour au Spa Eastman (895, ch. des Diligences). Créé en 1972 et dirigé par Jocelyna Dubuc, cet établissement renommé de 4 étoiles – premier spa de destination au Canada - propose des thérapies douces et naturelles pour se remettre en forme. Accueil chaleureux garanti : à Eastman, on sait peler la neige et casser la glace.

 

spa eastman

 

eastman

 

eastman

 

 Direction le nord

Pour un parfum de vieille Europe, Québec, seule ville fortifiée en Amérique du Nord, est à 189 km de là. Symbole de la cité, l’hôtel Château Frontenac domine les quartiers historiques fondés, en 1608, par Samuel de Champlain. A pied ou en calèche, furetez ainsi l’inattendu dans le Petit Champlain, sur la Place-Royale et dans le Vieux-Port. Sans oublier un petit détour vers la cathédrale anglicane Holy Trinitry, construite en 1804 sur le modèle de St. Martin in the Fields à Londres, où des cours sont dispensés pour apprendre à sonner les cloches.

 

quebec

 

Du côté des souvenirs de qualité à rapporter – outre le sirop d’érable, les vêtements de la marque canadienne Roots et une paire de « Crocs » dont l’invention est québécoise – parcourez la rue Saint-Paul où foisonnent les antiquaires. Au 123, « Le rendez-vous du collectionneur » propose quelques beaux appeaux anciens et originaux en forme de canard en bois. Ces objets ne sont plus guère faciles à trouver.

 

quebec

 

Enfin, avec un débit de 400 à 580 m3 d’eau par seconde, la Chute- Montmorency, haute de 83 m (Niagara : 57 m, à titre de comparaison) vaut le détour avant de filer sur l’Ile d’Orléans, une région agricole où la fraise d’Orléans se cueille jusqu’à fin septembre. La liqueur de cassis est aussi une spécialité de la région fort appréciée pour réchauffer son gosier dès les premiers froids arrivés.

 

quebec

 

Si l’on ne veut pas porter une parka à la protection garantie jusqu’à moins 30 degrés et des bottes en  de phoque, la meilleure période de l’année pour visiter le Québec s’étale de fin avril à mi octobre. L’été y est doux et, en septembre, les érables rougissent de plaisir. Le vôtre.

 

Claude-Yves Reymond pour Wellness & Santé magazine - printemps 2012 - www.wellness-et-sante.ch

Version en pdf

 

INFOS

www.bonjourquebec.com

www.ville.quebec.qc.ca

www.ville.montreal.qc.ca

www.cantonsdelest.com

 

 

 

 

 

 

14.03.2012 13:28

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Aquarium du Québec

Canada

| Désormais interactif

Caresser une raie.

Je reviendrai à Montréal

Canada

| Les vacances au Québec ne font que des heureux

À visiter absolument : le Musée national des beaux-arts du Québec.

Publicité