Edition ETE 2022

Le Lower East Side à New York

USA

| Melting pot pour « bobos »

On l’évitait autrefois, on s’y précipite aujourd’hui. Zigzag dans ce quartier tendance de Manhattan.


Empruntez la ligne F du métro et descendez à la station East Broadway. Pour vous préparer au choc visuel brutal des HLM construits après la Grande Dépression dans les années 30 par le maire Fiorello LaGuardia, les « tenements » dès 1838, ces bâtiments de quatre étages où s’entassaient vingt familles, et les maisons de style Classic Revival transformées en lofts de luxe, prenez un café au coin de Rutgers St. et d’East Broadway. Peut-être y rencontrez-vous Bruce Winfield. Courtier en devises étrangères âgé de 58 ans, cet endroit lui sert souvent de bureau et entre deux coups de fil sur son portable, il adore parler. « Je me souviens des années 60 quand le Lower East Side n’était guère fréquentable. La drogue, la guerre des gangs, la misère et l’agression à chaque coin de rue. J’ai survécu et j’ai réussi dans la vie. »

 

 

 

Le Lower East Side était la porte d’entrée de l’Amérique. Un seul chiffre : de 1893 à 1901, la ville recensa 2 millions d’émigrants en provenance d’Europe. Aujourd’hui, après SoHo et Chelsea, c’est l’endroit le plus branché de New York. Un melting pot accompli ? On s’y côtoie civilement sans jamais oublier ses traditions ni ses racines. A une encablure, Chinatown s’agrandit, Little Italy se rétrécit et le Lower East Side continue de se parer de toutes les couleurs de l’Afrique, de l’Amérique du Sud, de l’Asie et des Balkans. Sans amertume mais en préférant toutefois conserver son anonymat, un « bobo » de style « WASP » (White Anglo-Saxon Protestant) nouveau dans le quartier constate : « Dans quelques décennies, l’humanité sera brune avec des yeux bridés. »

 

Témoignages

« Allez faire quelque pas sur Allen Street surnommée « L’Avenue of the Immigrants » ! Autrefois, c’était la frontière entre les gangs et les communautés ethniques. Juste une rue à ne pas franchir de part et d’autre. Aujourd’hui, il n’y a aucun risque. »

 

Suivez le conseil de Bruce Winfield pour l’évocation de l’ambiance survoltée de jadis mais dans l’oubli d’un quelconque intérêt architectural puis continuez par Broome St. pour atteindre Orchard St ! Il y a encore quelques petites boutiques tenues par des artisans juifs où l’on peut faire de bonnes affaires dans l’habillement et le linge de maison mais la plupart sont devenues des bars, des galeries d’art et des restaurants à la mode. Un rien banal et convenu ? C’est à vous de décider.

 

 

 

Au 97 de cette rue se trouve toutefois le Tenement Museum relatant l’existence des habitants de ce quartier au XIXème siècle. L’endroit est couru et il est prudent de réserver auparavant le tour guidé sur internet.

 

 

Faites aussi un saut au Essex Market au coin d’Essex St. et de Broome ! Le stand des gris-gris y est intéressant. Ce marché couvert ouvert en 1940 avait pour objectif de faire disparaître les marchands déambulants dans les rues au fil des quatre saisons. Ne manquez pas la synagogue Beth Hamidrash Hagadol (Norfolk et Broome) ni le Seward Park, une bouffée d’oxygène créée en 1903 parce que certains appartements des Tenements étaient dépourvus de fenêtres ! Enfin, au 173 d’East Broadway se trouve le Jewish Daily Forward Building, l’abri d’un journal socialiste très en vogue autrefois dans ce quartier populaire et miséreux où séjournèrent Castro et Trotski. La statue de Lénine est au sommet du Red Square, un building sis au coin d’East Houston et de l’Avenue A.

 

Excitant

 

Le soir, se rendre au 102 de Norfolk St. où se niche le Backroom Speakeasy relève un rien de l’aventure mais façon Disney. Comme autrefois, on y boit son whisky dans des tasses à thé… et l’escalier d’accès s’avère un rien casse-gueule, du moins sur sa remontée.

 

Si une petite fringale vous guette au cours de cette balade, sachez qu’à toute heure de la journée dans la grande tradition des Delicatessen juives, un en-cas chez Katz’s Deli au 205 East Houston St. est impératif ! Les portions sont énormes et les prix ont suivi la tendance en vogue du quartier.

 

 

 

On tourne beaucoup de films dans le Lower East Side et c’est ici que Harry rencontra Sally dégustant un sandwich au pastrami. Souvenez-vous de ce long-métrage, la séquence de l’orgasme mimé par Meg Ryan est jouissive… tout comme la réplique suivante prononcée par la cliente de la table à côté : « Garçon, donnez-moi la même chose ! »

La visite du Lower East Side est sans regret.

Claude-Yves Reymond - New York pour traveltip, édition automne 2011/hiver 2012, www.traveltip.ch

Pratique

Pour découvrir New York en compagnie d’un habitant bénévole : www.bigapplegreeter.org

29.09.2011 17:25

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

United Airlines. Une première en affaires.

USA

| Inédit

Lancement de la nouvelle United Polaris Business Class qui sera opérationnelle dès le 1er décembre prochain. Tous les détails.

Louisville

USA

| Kentucky mythique

Un derby pour 2 minutes d'adrénaline au top

Publicité