Edition ETE 2022

L'Ecole de Paris

Art de vivre

| Musée d'art moderne de Céret

CHAGALL, MODGLIANI, SOUTINE & Cie L'ÉCOLE DE PARIS (1900-1939)


L’exposition est consacrée à l’apport déterminant des artistes d’origine étrangère à la scène artistique parisienne au cours de la première moitié du 20ès iècle.

 

La notion d’« École de Paris » apparaît pour la première fois dans un article ducritique André Warnod, paru dans la revue Comoediaen 1925.

 

À cette date, la formule rend compte de l’extraordinaire foisonnement artistique dû à la présence depuis le début du siècle de nombreux artistes venus de toute l’Europe et d’ailleurs dans la capitale française. Fuyant souvent des conditions sociales et politiques impropres à une libre pratique de l’art, ces artistes, pour beaucoup venus de Russie et d’Europe centrale, mais aussi des Pays-Bas, d’Italie, d’Espagne ou même d’Asie,trouvent dans la métropole française un milieu particulièrement favorable aux échanges et à la création.L’attractivité de la « capitale des arts » est due notamment à l’existence desg randes expositions annuelles que sont les salons artistiques, celui notamment des Indépendants, dépourvu de jury, auxquels participent de nombreux artistes étrangers.

 

La visibilité de l’art est aussi assurée à Paris par de nombreuses galeries,dont plusieurs font bon accueil aux artistes émigrés.

 

Leurs expositions sont relayéespar des critiques, souvent issus des mêmes milieux, dans les nombreuses revues qui voient le jour à cette époque. Surtout, de nombreuses académies de peinture etde sculpture, institutions privées souvent créées par des artistes, se sont ouvertes dans le quartier de Montparnasse.

 

Enfin, le climat politique, intellectuel et morallibéral qui prévaut durant la IIIème République, achève de faire de Paris le lieu deconvergence et d’émulations de nombreux artistes étrangers.

 

Ce cosmopolitisme s’incarne dans une Bohème artistique qui se retrouve dans lesbals et les grands cafés, comme La Rotonde ou La Coupole, lieux de convivialitéet de réunion de communautés artistiques nationales.

 

La « part de l’Autre » sur la scène artistique parisienne est d’ailleurs officiellement reconnue par la création du musée national des Écoles étrangères contemporaines, dit musée du Jeu de Paume,qui lors de son inauguration en 1932 consacre une salle très remarquée à l’« Écolede Paris ».

 

Ce musée procède ainsi à l’acquisition de nombreuses œuvres, dont certaines, aujourd’hui au Centre Pompidou, figurent dans l’exposition proposéeà Céret.Au plan artistique, la contribution des artistes étrangers, parmi lesquels Marc Chagall, Juan Gris, František Kupka, Pablo Picasso ou Kees van Dongen est décisive dans le développement des avant-gardes fauve et cubiste ou pour les débuts de l’abstraction. D’autres peintres, comme Amadeo Modigliani, Kisling, Julius Pascinou Chaïm Soutine, souvent d’origines juives, se consacrent à une figuration expressive qui fait la part belle au genre du portrait. Dans la période des années1920-1930, une « nouvelle photographie » se développe, grâce à la présence denombreux opérateurs d’origine étrangère fixés à Paris.

 

www.musee-ceret.com/

 

Comm. & Réd. partir-magazine.com

19.07.2022 11:23

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Les fromages du Jura

Art de vivre

| Patrimoine culinaire suisse

En 2019, les fromages du Jura ont fait leur entrée dans le riche inventaire du patrimoine culinaire suisse.

Sans se perdre

Art de vivre

| L'épreuve de la Covid

Dans le dédale des aléas de la vie, il y a toujours une porte de sortie. Solution(s) à la clé dans le parcours du labyrinthe.

Publicité