Edition PRINTEMPS 2024

L’Atelier Marie Métrailler

Art de vivre

| Au coeur du village d'Evolène (Valais - Suisse)

Patrimoine vivant d’une femme pionnière.


 

Marie Métrailler est une tisserande évolénarde connue pour avoir fondé en 1938 un atelier mettant largement en valeur la pratique populaire du tissage et toute la culture liée au travail du fil dans la région. Née en 1901 et décédée en 1979 dans le village d’Évolène, elle évolue dans un contexte où l’autonomie des femmes est quasiment inexistante et l’économie locale repose essentiellement sur la paysannerie. En travaillant pour elle-même, puis en sollicitant les femmes du village pour la confection du fil, Marie Métrailler transforme les travaux domestiques en un artisanat local valorisé. Le succès de sa production lui permet d’ouvrir un magasin dans la rue principale du village, puis d’employer près d’une centaine de personnes dans tout le Val d’Hérens.

 

Traditions liées au travail du fil dans les régions de montagne

Le savoir-faire du fil et du tissage est essentiel à la vie locale. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, la confection vestimentaire ainsi que la réalisation des tissus domestiques proviennent de la laine et du chanvre indigènes. La culture autarcique implique la maîtrise de l’ensemble du processus de fabrication des tissus. Le travail du fil va alors du traitement et nettoyage de la laine de mouton à sa transformation en fil grâce au filage, puis à l’élaboration de tissus par le tissage.

 

L’aquisition de l’atelier

A la fin des années 1970, Marie Métrailler s’éteint. L’atelier cesse peu à peu ses activités et reste en l’état durant plusieurs années. L’atelier n’était plus utilisé depuis les années 1990. En 2010, la vente du local est annoncée. L’atelier contient plusieurs métiers à tisser ainsi qu’une réserve importante de fil (près de deux tonnes de stock de fil de chanvre, de lin, de laine et de coton, en parfait état). C’est pour sauvegarder cet atelier, les biens patrimoniaux qu’il recèle et plus largement le savoir-faire lié au travail du fil que se crée en octobre 2017 la FAMM. La fondation a signé l’acte d’achat de l’atelier de tissage auprès de la notaire le 14 décembre 2020.

 

Le chantier

Les travaux de rénovation du bâtiment ont débuté au mois de mars et se sont terminés en octobre 2021. L’Aide suisse à la montagne a soutenu le projet à hauteur de 130'000 francs. L’expert bénévole de l’ASM, Pierre Praz, en charge d’évaluer la demande de la Fondation, s’est montré enthousiaste : « Cet atelier renoue avec la tradition tout en créant de la valeur ajoutée, comme de nouveaux emplois. Sa rénovation permet de satisfaire la curiosité de nombreux visiteurs et d’honorer la mémoire de Marie Métrailler. » Au moment du rachat, le bâtiment était dans un état de vétusté avancé sans aucune commodité. Il a fallu installer l’eau, les sanitaires, le chauffage, refaire l’installation électrique, isoler les murs ainsi que le sol et les plafonds, remplacer les portes et fenêtres par de nouvelles en mélèze avec vitrage isolant. La galerie extérieure d’accès a été réhabilitée. Le tout a été réalisé dans le respect et l’esprit du lieu. L’espace actuel est lumineux, chaleureux et accueillant avec un choix de beaux matériaux, un parquet en chêne vieilli, un plafond en lames sapin vapo brossé, des murs gypsés blancs. Le mobilier et les rangements sont en sapin vapo et plexiglass, et la zone office en pierre d’Evolène.

 

L’atelier

Deux tisserandes réalisent au sein de l’atelier une série de création inspirées directement par les pièces tissées par Marie Métrailler ainsi que des pièces contemporaines. Marli Beytrison, originaire du Brésil établie à Evolène depuis une quinzaine d’années, Jocelyne Luca-Chevrier, originaire et amoureuse d’Evolène et de son patrimoine, toutes deux ont plaisir à travailler dans leur village de résidence et à rencontrer les visiteurs de l’atelier.

Les ouvrages sont réalisés avec le magnifique stock de fil acquis avec l’achat de l’atelier, ainsi que des compléments de couleur et matière plus dans l’esprit d’une nouvelle ligne.

 

Les cours et démonstrations

Les tisserandes proposent chemins de table, des sets et divers tissus pour la confection de sacs et de vêtements en collaboration avec l’école de couture de Sierre. Un échantillonnage de tissage est aujourd’hui disponible.

Des démonstrations de tissage et des visites sont organisées par le biais de l’office du tourisme d’Evolène www.evolene-region.ch depuis l’ouverture de l’atelier cet hiver. Des cours de tissage ont été organisés en 2019 avec l’École d’arts textiles Filambule de Lausanne www.filambule.ch ainsi que l’association Romantiss’ (association romande pour le tissage) www.romantiss.ch alors que l’atelier était dans son état d’origine.

A présent, la fondation ambitionne de réorganiser des séries de cours dans ce nouvel espace afin d’assurer la transmission des savoir-faire autour du fil tout en créant de nouvelles vocations.

 

Comm. & Réd. partir-magazine.com

05.07.2022 09:42

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Un doublé gagnant pour les vins suisses

Art de vivre

| Wine Paris & Vinexpo

Engouement pour les vins helvétiques.

KPT/CPT - Assurance/Caisse-maladie suisse.

Art de vivre

| Votre argent

Dépense inconsidérée du CEO – assurés mécontents.

Publicité