Edition PRINTEMPS 2024

Découvertes capitales

France

| Dole et Arbois (France)

Célébration du bicentenaire de la naissance de Louis Pasteur.


« Lettres à Loulou », c'est le titre d'un livre découvert dans la boutique de la maison natale de Louis Pasteur à Dole. Daniel Raichvarg, professeur en Sciences de l'information et de la Communication, écrit. «  Mon cher Loulou, Ton aura mondiale, scientifique, voire idéologique et, bien sûr, l'intérêt de la personnalité justifient ce bouquet de lettres, toutes écrites en 2021. Attention : tout est permis ! On peut même prendre un pseudo pour tromper l'ennemi, genre « un anti-antivax » qui te veut du bien ».

 

Le ton est donné. Si Pasteur est connu, c'est bien sûr pour le vaccin contre la rage qu'il mit au point à l'âge de 63 ans mais il ne faut pas oublier l'intégralité de ses recherches, dont la pasteurisation, par exemple, grâce à son travail sur la vigne.

 

Dole

 

Loulou est né le 27 décembre 1822 dans une modeste maison de la rue des Tanneurs (43, rue Pasteur, aujourd'hui), surnommée ainsi en raison des artisans du cuir. venus s'installer à proximité de l'eau. Son père était un ouvrier modeste de cette corporation.

 

Sur deux étages, ce musée (www.terredelouis pasteur.fr) présente sur des panneaux et dans des vitrines les découvertes majeures du chimiste dont ses travaux entre 1861 et 1862 réfutant la théorie de la génération spontanée. Ce fut un choc pour certains scientifiques qui devinrent les ennemis de Pasteur.

 

La cave, accessible par la rue renferme des cuves à tan (écorce de chêne broyée) et divers instruments utilisés dans la tannerie.

 

Agenda

Après le départ du Tour de France, la soirée du samedi 9 juillet sera particulièrement festive avec un spectacle pyromélodique qui mettre en lumière ces lieux.

 

Quelques curiosités 

 

A la sortie de la maison natale de Pasteur, la collégiale Notre-Dame de style gothique tardif, attirera votre attention. Érigée entre 1509 et 1580, elle est si imposante qu'on la désigne à tort, sous le terme de cathédrale. Son clocher fortifié en fait le symbole des libertés comtoises.

 

 

A l'intérieur, ne manquez pas de visiter la Sainte-Chapelle !

 

En 1867, Louis Rossigneux réalisa un vitrail représentant L'Adoration de la Sainte-Hostie par Louis XIV et sa cour le 9 juin 1674. Rappelons les faits de cette lévitation miraculeuse : un miracle eucharistique se serait produit les 26 et 27 mai à Favernay, dans la Haute-Saône. Pour échapper à un incendie, un ostensoir, contenant deux hosties consacrées la veille de la Pentecôte, serait resté suspendu dans les airs durant 33 heures avant de redescendre se poser, devant un millier de témoins.

 

Une hostie fut offerte à Dole. Elle disparut pendant la Révolution.

 

 

 

 

La visite de la ville, née au XII ème siècle par l'empereur Frédéric Barberousse se poursuit en suivant le circuit du Chat perché long de 4 km. C'est un clin d’œil à Marcel Aymé, auteur des « Contes du Chat perché » qui passa ses années d'enfance et d'adolescence à Dole. Les symboles sur le sol vous conduiront tout naturellement devant « La fresque des Dolos » en trompe-l’œil.

 

Deux symboles des deux romans de l'écrivain y figurent : « La jument verte » et « Le Passe-muraille ».

 

 

Le long de la Grande Rue au numéro 58, la vitrine d'une boutique présente des vaches... qui rient. Saviez-vous que des millions... et des millions d'apéricubes de la célèbre marque sont fabriqués à Dole puis exportés dans le monde entier ?

Ne manquez surtout pas l'ancien Hôtel-Dieu, hôpital pour les pauvres, édifié entre 1613 et 1686 qui abrite depuis 2000 la Médiathèque et les Archives Municipales. Sa majestueuse façade, à la manière d'un palais se déploie le long du canal des Tanneurs. La profusion et l'inventivité du décor sculpté sous le grand balcon contrastent avec la sobriété de l'ensemble. Sur demande, il est possible d'admirer l'apothicairerie.

 

 

 

Agenda

A partir du samedi 9 juillet et jusqu'au 21 août, une projection retraçant la vie et l’œuvre de Pasteur illuminera tout l'été la façade de l'Hôtel-Dieu, les vendredis, samedis et dimanches en soirée. Un mapping ludique et pédagogique adapté au grand public.

 

Départ pour Arbois

 

En 1827, à l'âge de cinq ans, Louis Pasteur arrive à Arbois. Il y est écolier puis collégien jusqu'à 17 ans. Devenu propriétaire de la tannerie paternelle en 1872 au 83 rue de Courcelles, il l'agrandit en 1880 et l'aménage pour y passer de longs mois chaque année.

 

 

 

Ne dit-on pas que si on est né dans le Jura, on le quittera souvent mais on y reviendra toujours ?

La visite des lieux est autonome à l'aide d'une tablette. Rien n'a changé dans l'ameublement cossu de style Napoléon III. Éclairée au gaz, la maison disposait de l'eau courante. Loulou, très à cheval sur l'hygiène, disposait même d'une baignoire. Le morceau de savon est d'époque Tous les objets sont authentiques. Au rayon des curiosités : admirez le linoléum, matière avant-gardiste pour l'époque, recouvrant le sol de la salle à manger et les rails dans une alcôve de son salon abritant son lit pour le tirer et le faire ainsi facilement.

 

Pasteur avait épousé Marie Laurent le 29 mai 1849 à Strasbourg. Le couple eut cinq enfants dont trois décédèrent en bas âge. C'était un mariage d'amour mais le couple faisait chambre à part. Dès le premier AVC de Louis à l'âge de 48 ans, Marie devint sa meilleure collaboratrice. Elle écrivait sous sa dictée et préparait tous les dossiers exposant les travaux scientifiques de son mari.

 

 

La fameuse toque de Louis Pasteur

 

Quelques tableaux du savant sont suspendus ici et là. Jamais en pied, Pasteur ne mesurait qu'un mètre 61 et il attachait une grande importance à son image. Il savait prendre la pose pour dissimuler les séquelles de son accident vasculaire cérébral.

 

C'est à pied qu'il faut découvrir Arbois. Depuis la Maison & Laboratoire de Pasteur, empruntez le sentier pédestre balisé le long de la Cuisance ! Il vous conduira à l'église Saint-Just de style roman et gothique. La couleur ocre est magnifique. Datant du XII ème siècle, le clocher en guise de tour de guet de 75 m de haut appartient aux fortifications de la ville.

 


La découverte d'Arbois vous a donné soif ! Cette cité du Jura a de quoi vous désaltérer... avec modération. Le vignoble de l'AOC Arbois s'étend sur près de 850 hectares de surface viticole, avec une production de 37.200 hectolitres.Tous les vignerons du crû ont leur boutique au cœur de la ville pour une dégustation. Les rouges sont issus des cépages « trousseau » et « poulsard », exclusifs à la région.

 

A votre santé !

 

 

 

Quiétude et bonheur

  

 

La visite de Dole et Arbois est une escapade de charme l'espace d'un week-end.

 

 

Pour se loger, Le Castel Damandre **** (www.casteldamandre.com) à Les Planches-près-Arbois est renommé. Il est prudent de réserver une chambre et une table au restaurant aux saveurs gastronomiques.

 

Dessert: Pomme en trompe l'oeil

 

  

A une dizaine de minutes à pied de cet établissement, dans un écrin de verdure, bouillonne la Cascade des tufs alimentée par la Cuisance, qui prend sa source au cœur de la reculée des Planches et ressurgit par de nombreuses cavités, creusées dans le tuf, une roche calcaire d’origine sédimentaire. Ue spectacle naturel qui inspire la quiétude.

 

 

 

 

Texte et photos Claude-Yves Reymond

 

 

 INFOS

 

www.doletourisme.fr

www.arbois.fr

www.montagnes-du-jura.fr

www.coeurdujura-tourisme.com

 

 

 

 

 

 

23.03.2022 15:00

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

PAVILLON CARRÉ DE BAUDOUIN

France

| Paris

Un lieu culturel à redécouvrir dès le 25 mars 2023

Exposition Johan Creten

France

| Nantes

Près de 80 oeuvres à découvrir...

Publicité