Edition ETE 2022

Worms

Allemagne

| Une pépite en Allemagne

Même face à Charles Quint, Luther demeura irrévocable.


 

Cette charmante ville de quelque 68 000 habitants, située sur la rive gauche du Rhin en Rhénanie-Palatinat, a célébré, avec faste l’an passé, le 500 ème anniversaire de la convocation par l’empereur du frère augustin, le 17 avril 1521.

 

Aujourd’hui, l’élan se poursuit et Worms s’avère très prisée par les touristes qui apprécient ses curiosités originales à visiter en une journée. La capacité hôtelière de la ville est limitée mais il y a suffisamment de possibilités dans les environs immédiats.

 

Protestation

 

« Par conséquent, je ne peux et ne veux rien révoquer, car faire quelque chose contre la conscience n'est ni sûr ni salutaire. Dieu m'aide, Amen ! »

 

Le séjour de Martin Luther à Worms dura 10 jours. Scandalisé par le commerce des indulgences de l’église catholique notamment, le théologien refusa de se rétracter. Il s’estimait simplement soumis à l'autorité de la Bible et de sa conscience plutôt qu'à celle de la hiérarchie ecclésiastique et de ses diktats. Le protestantisme était né, le monde occidental entrait dans une nouvelle ère de croyances.

 

 

 

Au sommet du monument sculpté par Ernst Rietsche – le plus imposant de la réformation jamais construit - qui lui est dédié depuis 1868, Luther brandit la bible. Une copie annotée se trouve au musée d'histoire de la ville.

 

 

 

Un peu plus loin se trouve une autre sculpture signée illig & illig, celle des chaussures du moine, qui attirera votre attention. La pointure ? Devinez ! Du 76. Sautez dedans ! Vous vous sentirez très à l’aise dans vos croyances ou vos convictions profondes en toute liberté et fermeté sans oublier le respect de l’autre.

 

La ville des religions

Worms est célèbre pour son hommage à la communauté juive. Avec Speyer et Mainz (Spire et Mayence en français), elle compose les « SchUM-Stätte » qui, depuis 2021, appartiennent au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

 

 

 Le cimetière juif présente une particularité unique. Le corps du défunt est enterré derrière la pierre mais il n’est pas disposé en direction de Jérusalem comme c’est l’accoutumée. Selon une tradition datant du Moyen Age, il est tourné vers l’Espagne ou l’Italie, les pays d’origine de ces commerçants juifs, sans que l’on sache vraiment pourquoi. A visiter également, la synagogue de Worms qui est l’une des plus anciennes d’Allemagne. Elle a été fondée en 1034.

 

 Étonnamment, le Dom (ou cathédrale Saint-Pierre) est resté catholique. Cette imposante basilique comprend quatre tours rondes, deux grandes coupoles, et un chœur à chaque extrémité. L’extérieur en blocs de grès rouge en impose alors que l’intérieur étonne par sa simplicité, voire son dépouillement à l’image du protestantisme . Même le maître-autel de style baroque, une œuvre du sculpteur rococo, Johann Wolfgang von der Auwera, semble austère.

Pour retrouver les pratiques de la religion catholique, une petite chapelle est dédiée à la prière devant les reliques de Saint-Nicolas, le patron des marins condamné à mort. L’orgue, quant à lui, est moderne. Il est surnommé le « Fitness Orgel », il se joue d’en haut et l’organiste doit grimper 90 marches.

 

Siegfried

 

 

Worms est aussi surnommée la ville des Nibelungen, ces nains de la mythologie germanique qui relate les exploits du chevalier Siegfried. Ce jeune géant orphelin, dans une grotte des bords du Rhin apprend la vérité sur ses origines. Pour venger la mort de son père, le héros libre et sans peur part combattre l'affreux dragon qui cache en son antre l'anneau d'or.

Le Nibelungenmuseum sis dans une partie de l'enceinte historique de la ville avec deux tours du XIIe siècle présente une exposition audiovisuelle ciblant le caractère mythique du Nibelungensage. Une histoire intégrale fort longue, la version enfant est plus courte.

J. R. R. Tolkien a écrit un poème, à ce sujet,  intitulé La Légende de Sigurd (Sigfried)et Gudrún bien avant son célèbre «Seigneur des Anneaux » alors que Richard Wagner s’en inspira pour sa tétralogie d’opéras connue sous le nom de « L'Anneau du Nibelung ».

Ne vous étonnez pas si vous voyez ici et là des dragons. Vous trébucherez même contre la fontaine (Nibelungenliedbrunnen) dans la zone piétonne (Wilhelm-Leuschner-Straße).

 

 

Cette balade à pied de 3 heures où les curiosités se côtoient vous a donné soif ? Worms est connue également pour ses vignobles aux alentours. Des circuits de dégustation sont organisés par l’Office du tourisme. Sur place, la Vinothek (Parmaplatz 2b) est accueillante. De mars à octobre, le samedi, les vignerons seront présents sur la Place du Marché, dans la rue piétonne. A votre santé : Le Riesling est rapicolant.

 

 

 

Texte et photos Claude-Yves Reymond

 

 

 

INFOS

 

Tourist Information Worms

www.worms.de 

 

Deutsche Zentrale für Tourismus e. V.
Freischützgasse 3, CH-8004 Zürich


www.germany.travel

 

 

Suggestion pour dormir :

Dom Hotel ***3, Obermarkt, 10, www.dom-hotel.de

Facilité de parking , confortable et idéalement situé,

 

 

 

 

 

 

 

17.11.2021 10:18

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

L' ADN romantique de Goethe

Allemagne

| Francfort-sur-le-Main

Musée romantique allemand. Y vivre cette époque de manière interactive.

Vacances dans l'île de Rügen

Allemagne

| Enquête

Le vert des hêtres symbolise la vie, le rouge de la robe suggère l’amour et le bleu du ciel définit la foi. Dans cette palette de couleurs, ajoutons encore le turquoise des flots de la Baltique d’où semblent s’élever de puissantes couches de craie blanche. Tous ces éléments figurent dans « Falaises de craie sur l’île de Rügen », la toile que Gaspar David Friedrich, au romantisme exacerbé, peignit en 1818.

Publicité