Edition PRINTEMPS 2024

19 nouvelles acquisitions

France

| Monastère Royal de Brou

Retour en détail sur 6 d’entre elles : entre horlogerie du 18e siècle, portraits du 20e siècle ou encore expressions contemporaines.


 

Régulateur de parquet, manufacture royale d’horlogerie de Bourg-en-Bresse (1766-1776)

Cette spectaculaire horloge de parquet du 18e provient de la manufacture d’horlogerie de Bourg-en-Bresse, et témoigne de la qualité de la production horlogère de la ville.

   

Portrait de Berthe Weill,
par Émilie Charmy, vers 1920

Dévoilé lors de l’exposition "Valadon et ses contemporaines", ce tableau a récemment rejoint la collection des œuvres permanentes du musée ! Révélée au Salon d’automne de 1905, Émilie Charmy représente ici Berthe Weill, sa galeriste et amiePortrait de Marc-Antoine Puvis, par Pierre Puvis de Chavannes, 1851

  Marc-Antoine Puvis de Chavannes (1776 –1851), agronome et homme politique de l'Ain, est peint ici l'année de sa mort par son neveu Pierre Puvis de Chavannes dont il était très proche. Contrairement au portrait mortuaire alors en vogue, le protagoniste, âgé de 75 ans, est toujours bien vivant sur cette peinture, restée jusque-là dans la famille.
   

Quentin Durward, Louis XI et Isabelle de Croye,

par Louis Ricquier, avant 1837

Le roman de Walter Scott Quentin Durward paru en 1823, évoque la rivalité entre le roi Louis XI et le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, débutant en 1467. L’ouvrage a inspiré de nombreux peintres dont Eugène Delacroix et Louis Ricquier, l'un des principaux peintres belges de genre historique.

   

Visages des 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17 juillet 2019,

par Lionel Sabatté

Dessinateur, peintre et sculpteur reconnu à travers le monde, Lionel Sabatté interroge la notion du vivant et des transformations de la matière dans ses œuvres. Avec de la poussière collectée au monastère royal de Brou en 2019, l'artiste crée sept visages, pour sept jours d'une semaine. Leurs regards expressifs évoquent les âmes des disparus qui habitent encore les lieux, et les traces des vivants les traversant chaque jour.

 

Anthropocène, témoins,

par Jérémy Gobé, 2019

La série Anthropocène, témoins, produite par Jérémy Gobé pour le monastère royal de Brou, est issue de sa résidence en 2019 chez Saint-Gobain-Weber à Servas (Ain). Ces œuvres découlent de la collaboration fructueuse entre une institution patrimoniale, un artiste contemporain et une entreprise de fabrication de matériaux innovante. Avec des matériaux durables développés spécialement pour le projet, l’artiste évoque notre société et l’impact des Humains sur la nature. Il s’inspire ici des décors vermiculés de la Renaissance et des formes basiques de l'architecture.

 

 

Monastère royal de Brou,
63 boulevard de Brou
01000 Bourg-en-Bresse
tél : 04 74 22 83 83

www.monastere-de-brou.fr

 

 

 Comm. & Réd. partir-magazine.com

 

 

 

 



 

 

 

 



 

Monastère royal de Brou,
63 boulevard de Brou
01000 Bourg-en-Bresse
tél : 04 74 22 83 83
brou@bourgenbresse.fr
www.monastere-de-brou.fr



 

 

 

20.10.2021 09:01

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Destination culturelle ?

France

| Courchevel

Oui, avec 4 artistes = 1 même expo = Powder A(R)T Courchevel

Victor Hugo

France

| Exposition au Panthéon à Paris

Un combat permanent

Publicité