Edition HIVER 2020-21

Sans se perdre

Art de vivre

| L'épreuve de la Covid

Dans le dédale des aléas de la vie, il y a toujours une porte de sortie. Solution(s) à la clé dans le parcours du labyrinthe.


L'histoire du labyrinthe se révèle longue et tortueuse à souhait. Ce symbole universel apparu dans le monde entier au sein de cultures différentes aime jouer les farceurs. On trouve sa trace au Pérou, en Égypte, en Inde... et en Crête. C'est dans cette île grecque qu'il présente sa face la plus connue.

 

Le roi Minos avait demandé à Dédale de lui construire un complexe sans issue afin qu'il puisse y enfermer le Minotaure, un monstre à tête et nature de taureau. Chaque année, un tribut de cinquante jeunes gens et jeunes filles devenaient sa proie jusqu'au jour où Thésée tua cette créature infâme et parvint à ressortir du labyrinthe grâce au fil rouge que sa bien-aimée Ariane lui avait donné.

 

 

 

 

Le royaume de l'impasse inéluctable n'est pourtant qu'un leurre. Se présentant sous forme ronde à trois ou sept circonvolutions, carrée ou octogonale, il y a toujours dans le labyrinthe une entrée... et donc forcément une sortie.

 

Comment faire juste et bien?

 

Les psychanalystes se sont penchés sur ce symbole. Karl Jung, en tête, a élaboré une série de questions à se poser en se baladant dans un labyrinthe afin de résoudre une difficulté. Que pensez-vous du problème? Que ressentez-vous? Dans quelle mesure, celui-ci aura-t-il un effet physique sur vous? Quel sera son impact sur votre vie spirituelle? Quelle est la manière de procéder pour parvenir au but?

 

Au cœur du labyrinthe, la solution devrait être trouvée. Le raisonnement logique et conscient a fait son œuvre, l'inconscient lui a peut-être apporté le coup de pouce nécessaire. Merci Freud.

 

Le jeu n'est toutefois pas terminé. En se posant les mêmes questions dans l'ordre inverse, il s'agit de vérifier si tout est vraisemblable et réalisable.

 

Les Anglais et les Français adorent élucubrer dans leurs labyrinthes végétaux... ou dans les églises.

 

 

 

 

A Chartres, De mars à octobre, tous les vendredis de 10 h à 17 h, le labyrinthe, situé au milieu de la nef de la cathédrale, est débarrassé de ses chaises. La foule se presse à l’entrée de ce parcours de 261,50 m dont le centre symboliserait la Jérusalem céleste ou l’au-delà. Certaines personnes, un cierge à la main, font à genoux ce chemin symbolique de l’homme à la rencontre de Dieu et de sa résurrection.

 

En Romandie, dans les ruines romaines d'Orbe, la mosaïque carrée de 3 m 50 et datant du début du II ème siècle après J.-C est un véritable régal. A parcourir du regard. Petit conseil d'usage: entrez-y du bord ouest pour un chemin continu.

 

A vous de jouer.

 

Claude-Yves Reymond

 

www.orbe.ch/mon-quotidien/culture/mosaiques.html

 

 

Orbe : Office du tourisme

 

www.chartres-tourisme.com/

 

www.cathedrale-chartres.org/

 

 

 

 

 

29.12.2020 09:21

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Quel bonheur!

Art de vivre

| 265e anniversaire de Mozart

Des notes inédites

Nouvelle plateforme

Art de vivre

| Tourisme

Mise en relation facilitée

Publicité