Edition SEPTEMBRE 2018

F comme femme

France

| Au pays de George Sand

Sur les pas d’une féministe.


 

Aurore était son prénom. C’était une fillette alerte et vive d’esprit, née le 1er juillet 1804 à Paris, qui fut élevée par sa grand-mère au château de Nohant dans le Berry. En 1822, elle épousa Casimir Dudevant, rustre et coureur, dont elle eut deux enfants. La jeune femme s’ennuyait. Le 30 juillet 1839, elle rencontra Jules Sandeau, poète possédant des relations littéraires à Paris.

 

 

L’amour les réunit et ils écrivirent, à quatre mains, « Rose et Blanche ». Le roman est signé J. Sand dans le raccourci de Sandeau. S’ensuivit « Indiana » qu’Aurore, seule auteur, signera George Sand. Une écrivaine qui défendit l'émancipation de la femme et les inégalités sociales toujours d’actualité.

Visiter sa maison (www.maison-george-sand.fr) à Nohant, c’est découvrir l’art de cette érudite sachant recevoir ses amis artistes. Chopin y composa les trois quarts de son œuvre et Delacroix venait avec sa palette. Le théâtre de marionnettes est une merveille. La représentation était gratuite mais il était recommandé de donner une mèche de ses cheveux pour les perruques des personnages conçus par son fils Maurice.

 

 

Toute la région vit du souvenir de George Sand. Au Château du Petit Coudray à Verneuil-sur-Igneraie (www.chateauducoudray.com), Pierre et Lydie Rauzy, propriétaires des lieux, vous raconteront la rencontre de Jules avec Aurore.

 

 

A Gargilesse, Annick Thevenin, artiste peintre, évoquera les amours entre George et Alexandre Manceau à la Villa Algira.

 

 

Claude-Yves Reymond

16.08.2018 16:08

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Le Puy-en-Velay

France

| Escale « féérique »

Capitale européenne du Saint-Jacques-de-Compostelle et ville de pèlerinage mariale.

Corps et âme

France

| France profonde

Entre Clermont-Ferrand et Montpellier, « slow tourism » en Lozère pour un plein de zenitude

Publicité