Edition OCTOBRE 2018

Corps et âme

France

| France profonde

Entre Clermont-Ferrand et Montpellier, « slow tourism » en Lozère pour un plein de zenitude


Qui a dit qu’ici les corbeaux volaient à l’envers pour ne pas voir la misère ? Peu importe l’auteur ! C’était hier. Vivre en Lozère, dont le stade de France (81 338 places) pourrait contenir la population (76 309 habitants), demeure cependant un choix : celui d’y rester ou d’en partir à jamais… ou d’y revenir.

 

 

 

 

Sylvie Faucher, après des études en restauration, quelques années passées à Paris dans des établissements étoilés et chez le chocolatier Bernachon à Lyon, a fait l’aller et retour. Au cœur de Langogne, dans la maison de ses parents, sa boutique « Secret de Cacao » ne désemplit pas. L’un de ses pralinés intrigue : c’est une ganache « chocolat/verveine » surmontée d’un décor figurant un homme et un animal. Il s’agit de Robert Louis Stevenson accompagné de son ânesse Modestine qui, en 1878, traversa la Lozère.

 

 

 

 

Ce voyage à pied demeure très prisé par les amateurs de marche tout comme le tronçon du chemin de Saint-Jacques de Compostelle zigzaguant dans l’Aubrac, haut plateau volcanique et granitique du Massif Central. Rien n’a changé - ou si peu - dans ces rendez-vous avec l’authenticité et soi-même.

 

 

Sauvage, meurtrière et paisible

 

Qui dit Lozère, pense très vite moutons dont l’effectif dépasse les 160 000 têtes malgré quelques ravages des loups en liberté ici et là. La visite guidée du Parc des Loups du Gévaudan à Saint-Léger de Peyre permet d’approcher le canidé et de découvrir sa vraie nature empreinte de timidité dans la fuite de l’homme. Rien à voir avec l’horrible Bête du Gévaudan qui, entre 1764 et 1767, tua plus de 88 personnes. Le mystère demeure. Était-ce un chien énorme, une hyène ou un « serial killer » ?

 

 

 

 

Le hameau de Sainte-Eulalie-en-Margeride, quant à lui, accueille la Réserves des Bisons d’Europe, des colosses pouvant atteindre 1 200 kilos et 2 mètres au garrot. Ce parc animalier dont la visite se fait en calèche a été créé en complément du plan de sauvetage de cette espèce mené en Pologne dès 1920. Cet animal supporte la consanguinité.

 

 

 

 

Curiosités

 

Autrefois, la laine était une source de revenu en Lozère. A Langogne, ne manquez pas de visiter la Filature des Calquières, la plus ancienne de France, pour y découvrir la « mule-jenny », une machine à filer à énergie hydraulique qui, au fur et à mesure de ses perfectionnements, produisait d’un même mouvement de 30 à 1 000 fils en même temps. Son introduction provoqua une longue grève des travailleuses.

 

 

 

 

Edifiée à partir de 1369 à l'initiative du pape en Avignon Urbain V, la cathédrale de Mende (chef- lieu de la Lozère), déploie, dans un style gothique flamboyant, deux clochers, l’un de 65 mètres et l’autre de 84 m. Ce dernier abritait la cloche la plus sonore et la plus grosse de toute la chrétienté. Un poids de 25 tonnes, près de 3 mètres de hauteur et 33 cm d'épaisseur. Elle était baptisée la « Non Pareille ». Victime des guerres de religion, elle sonna pour la dernière fois en 1579. Seul son battant d’un poids de 470 kilos subsiste, il est exposé à l’intérieur. Par ailleurs, deux tapisseries d’Aubusson représentant la naissance de Marie et sa présentation au Temple suspendues dans cette église sont inhabituelles dans un lieu saint.

 

 

 

 

 

Surprenant

 

Jusqu’au début du XXème siècle, il n’y avait pas de route dans les Gorges du Tarn, une rivière qui prend sa source sur le Mont Lozère. Les habitants s’y déplaçaient en barque sur 53 km. Aujourd’hui, tout a changé et, chaque année, les bateliers, natifs des lieux, accueillent plus de 30 000 visiteurs admirant une succession de sites naturels hors du commun avant de pénétrer dans le Cirque des Baumes profond de 500 m.

 

 

 

Oui, on reste bouche bée en Lozère.

 

Claude-Yves Reymond pour Lausanne-Cités et Genève Home Information

 

 

Pratique

 

Aller

La voiture est impérative pour découvrir la Lozère. Lausanne-Langogne : 384 km et un peu plus de 4 h de route. Péage : 16 euros 40.

 

Dormir

Domaine de Barres, Route de Mende, 48300 Langogne, www.domainedebarres.com

 

Hôtel de France, 9 Boulevard Lucien Arnault, 48000 Mende, www.hoteldefrance-mende.com

 

La Borie de l’Aubrac, La Grange des Enfants, 48260 Nasbinals, www.borie-aubrac.com

 

Manger

 

Restaurant Bargeton, Village, 48190 Cubières, www.hotel-bargeton.com/fr, le rendez-vous des motards

 

Restaurant Cyril Attrazic - Chez Camillou, 10 Route du Languedoc, 48130 Aumont-Aubrac, www.camillou.com, 1 étoile au Michelin.

 

 

Visiter

Un plongeon dans le Moyen Age avec 2 des plus beaux Villages de France : Sainte-Enimie et La Garde Guérin.

 

Thermalisme et SPA

Station thermale La Chaldette, 48310 Brion

www.lachaldette.com

 

 

 

Station Thermale Bagnols-Les-Bains

www.bagnols-les-bains.com/

 

 

En savoir plus

 

www.lozere-tourisme.com

 

www.france.fr

www.atout-france.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18.07.2018 17:45

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:


Une Alsace différente

France

| A toute vapeur au Pays de Brisach

Entre le vignoble alsacien et les bords du Rhin, découvrez Neuf-Brisach dont les fortifications de Vauban sont inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco !

Découverte déroutante: Brest

France

| Passage obligé

Détruite à 90 %, en 1944 , par les Alliés dans le cadre de l’Opération Cobra, la deuxième ville de Bretagne mérite une visite pour découvrir l’étrange architecture de sa reconstruction à l’américaine, entre 1946 et 1961. Le niveau de la ville autrefois vallonné fut rehaussé de quelque 10 m et aplani.

Publicité