Edition JUIN 2018

Croisière fluviale en Russie

Autres pays

| De l'Ermitage au Kremlin

Splendeurs impériales, vestiges communistes façon vintage et grand écart financier actuel s'égrainent, au fil de l'eau, entre Saint-Pétersbourg et Moscou. Bienvenue à bord du « Lev Tolstoy » pour un aperçu !


 

A Saint-Pétersbourg, inutile de vouloir tout visiter en 2 jours. Deuxième plus grande ville de Russie après Moscou avec plus de 5 millions d'habitants, la construction de cette « fenêtre sur l'Europe au bord de la Baltique voulue par le tsar Pierre le Grand dès 1703 regorge de splendeurs inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO.

 

Laissez-vous surprendre par la magie des lumières éclairant les ponts qui se lèvent au milieu de la nuit pour permettre le passage des bateaux. A quai sur les bords de la Néva, le croiseur Aurore, à l'image du cuirassé Potemkine imaginé par le cinéaste Eisenstein, est le symbole de la révolution d'octobre en 1917.

 

 

Quant à l'Ermitage, la collection de peinture de 60 000 pièces commencée par Catherine II en 1764 est exposée dans plus 1000 salles. Il y a foule devant « La Vierge à l'enfant allaitant » de Léonard de Vinci ou l'œuvre magistrale de Rembrandt qui peignit « Le Retour du fils prodigue » en 1668.

 

 

 

Impromptu malicieux

A son retour de France, Pierre le Grand décida de construire un palais encore plus beau que Versailles. Pour cette grandiose réalisation, il choisit Peterhof à quelque 25 kilomètres de Saint-Pétersbourg. De 1714 à 1723, le tsar surveilla les travaux. Il habitait la maisonnette Monplaisir.

 

 

Les parcs aux nombreuses pièces d'eau ornées de statues recouvertes d'or fin cascadent jusqu'à la mer Baltique. Ici et là, des jets d'eau se mettent soudainement en fonction et vous aspergent avec malice.

 

 

Sur le chemin du retour en hydroglisseur, une vente de souvenirs est organisée. Le calendrier de Vladimir Poutine, dans des poses avantageuses, fait un tabac pour 2 euros l'unité.

 

 

 

Non, on ne risque plus rien à critiquer le gouvernement. Depuis 1985, avec la perestroïka, un vent de liberté souffle en Russie. Le président est apprécié, il veut redonner au pays sa grandeur internationale en laissant sa marque de reconstruction. Leader incontesté de cette « démocrature », Vladimir Poutine est assuré d'un boulevard dégagé pour sa réélection en 2018.

A moins que cela ne soit la véritable autoroute, celle qui reliera Saint-Pétersbourg à Moscou. Bouygues dirige les travaux, un péage sera instauré et les Russes font la grimace. Il y a de quoi avec un revenu mensuel moyen de 650 euros à Moscou, la moitié dans le reste du territoire. A savoir aussi que la part du chauffage et de l'électricité du logement avoisine le 50% du salaire.

La Finlande a accordé aux Russes plus de 2 millions de visa. Saint-Péterbourg n'est qu'à 2 heures d'Heslinki. Le tourisme d'achat dans les supermarchés pour trouver des produits de qualité bat son plein.

 

A l'heure de l'opportunisme

 

Lors de cette croisière avant de rejoindre Moscou, le bateau « Lev Tolstoy » s'arrête à Ouglitch, l'une des plus jolies et des plus anciennes cités russes de la Volga dont la fondation remonte à 937.

 

 

Professeur de français à la retraite à 55 ans, Vera est aujourd'hui guide touristique dans cette agglomération de 40 000 habitants. « Je me souviens, quand tout fut bousculé par Gorbatchev en 1985, la directrice de l'école voulait changer toutes les manières d'enseigner les langues étrangères. La mienne donnait d'excellents résultats mais... on ne contre pas le tsar, confie cette femme alerte pleine d'humour et de bon sens. »

A son poignet gauche, une montre au design très original avec un bracelet rehaussé d'émaux. Ce bijou fut produit dans une fabrique à Ougltich. De Volga, la marque devint Chaika puis Tchaïka en l'honneur du nom de la première femme cosmonaute russe.

 

 

 

L’Ouglitch Watch Factory a aujourd’hui cessé son activité. De nombreuses horlogeries dans la ville proposent des montres d'occasion en parfait état de marche, ce sont de véritables modèles de collection.

 

Ostentation

 

Arrivée à Moscou, la plus grande capitale d'Europe avec plus de 12 millions d'habitants, vers 13 heures au huitième jour de cette croisière en comptant dix. Le port fluvial où s'amarre le « Lev Tolstoy » est à une quinzaine de kilomètres du centre. Les artères principales de la ville qui abrite le plus grand nombre de milliardaires au monde sont bouchonnées en permanence des voitures de luxe des oligarques russes. Le plus cher est le mieux dans l'ostension. Tiens ! Voici 3 Maybach S-6000, le label haut de gamme de Mercedes, qui se suivent... à l'arrêt.

 

 

Il faudra plus d'une heure et demie en car pour atteindre la Place Rouge, le temps d'admirer les sept gratte-ciel de Moscou, symboles de l'architecture de la période stalinienne, abritant des logements, des bureaux administratifs ou des hôtels.

 

Centre historique

Entrez dans le grand magasin Goum qui borde la Place Rouge ! En 1893, c'était le plus grand centre commercial du monde. Pendant la période communiste, les queues y étaient légendaires devant des rayons... vides. Ne vous attardez pas trop devant les boutiques des marques que l'on trouve partout ailleurs mais jetez simplement un coup d'œil sur la verrière spectaculaire semi-cylindrique au diamètre de 14 m ! Cela en vaut la peine.

 

 

 

En face, le Kremlin vous invite à sa découverte. Le clocher « Ivan-le-Grand » domine tous les bâtiments au sein d'une muraille de briques rouges longue de 2 235 mètres. Au pied de l'édifice repose la « Reine des Cloches » (poids: 200 t et hauteur: 6,1 m) coulée en 1730. Fendue en raison d'un terrible incendie, on ne put la suspendre.

 

 

La cathédrale de la Dormition, élevée vers 1470 sur l'ordre d'Ivan III, accueillit le couronnement de tous les souverains russes. Au-dessus du portail, la fresque de la Vierge avec l'enfant Jésus à sa joue rayonne d'une luminosité extraordinaire.

 

 

D'autres églises et d'innombrables palais dont celui des Armures où sont conservés les symboles de l'Etat russe vous attendent au Kremlin. Sans oublier le Jardin d'Alexandre qui longe l'enceinte. Ici, le monument le plus célèbre est la tombe du Soldat inconnu en mémoire de tous les soldats soviétiques tués pendant la Grande Guerre patriotique (2ème guerre mondiale) comme on dit en Russie. La Flamme éternelle brûle sous la vigilance d'une Garde d'honneur, dit Post No 1.

 

 

En ces lieux hautement touristiques, faites attention aux pickpockets et aux sosies divers (dont celui, malheureusement, de Staline) qui vous enlacent pour se laisser photographier en votre compagnie !

 

 

Envie de partir ?

 

 

La croisière Saint-Pétersbourg – Moscou (ou vice versa) se réserve quasiment une année à l'avance. « Après une baisse en 2014 en raison de l'attitude de Poutine face à l'Ukraine, la demande internationale repart et nous allons atteindre 4000 passagers, entre mai et octobre 2017, précise Alexander Osipov, représentant CroisiEurope en Russie. Ne pouvant utiliser sa propre flotte dans ce pays, CroisiEurope doit recourir à des bateaux russes datant de l’époque communiste. Ces unités ont été entièrement rénovées afin d’atteindre les critères élevés de qualité du leader européen des croisières fluviales. A savoir tout de même que les cabines standard du « Lev Tolstoy » ne mesurent que 9 m2 mais elles sont confortables pour dormir. »

 

Itinéraire

 

 

 Claude-Yves Reymond

 

INFOS

 

CroisiEurope s'occupe de l'obtention du visa, des vols, des transferts et de l'hébergement à bord des bateaux de la compagnie russe Vodohod, dans laquelle elle possède un important allotement.

 

Depuis 41 ans, le taux de fidélisation de cette entreprise familiale basée à Strasbourg et possédant 50 bateaux dépasse le 50%, soit plus de 110 000 clients satisfaits. Il arrive même que des pré-réservations soient faites avant que les catalogues donnant tous les détails ne soient sortis de presse.

 

Renseignements et réservation :

 

CroisiEurope Suisse, Avenue de la Gare 50, 1001 Lausanne, tél. : + 41 (0) 21 320 72 35, www.croisieurope.ch

 

 

 

 

 

07.06.2017 19:21

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Vacances en Tunisie

Autres pays

| Loin de la foule

Tabarka est une découverte.

Les mille et un contrastes d’Istanbul

Autres pays

| Entre authentique et frelaté

A cheval entre l’Europe et l’Asie, Istanbul compte approximativement 14 millions d’habitants, 2397 mosquées et des centaines de milliers de téléphones portables. Entre foule bigarrée, appels des muezzins, sonneries intempestives et shopping, le parcours est impressionnant.

Publicité