Edition OCTOBRE 2017

Le come-back de Detroit

USA

| Michigan (USA)

Mise en faillite en 2013 pour une dette à « oublier » de 18 milliards de dollars et confiance regagnée aujourd'hui, bienvenue à Motor City. Le surnom de cette mégapole que rien ne peut arrêter.


Le centre-ville de Detroit est en pleine construction et rénovation. « Il y a même une longue liste d'attente pour les appartements à louer, confie Renee Monforton, directrice marketing du Detroit Metro Convention & Visitors Bureau. Exilées en banlieue, les grandes enseignes du commerce reviennent downtown. C'est un signe qui ne trompe pas. »

Bonjour l'optimisme et pourtant tout semble vide. Le visiteur se sent perdu dans l’immensité de cette ville où vous pouvez glisser Manhattan, Boston, San Francisco... et il restera encore de la place. Prévue pour 2 millions d'habitants vers 1950, son âge d'or, elle n'en compte plus que 670 000, aujourd'hui.

« Touristiquement parlant, poursuit Renée Monforton, c'est pourtant un succès. L'an passé, Detroit a accueilli 18 millions de visiteurs pendant 5 jours, tous attirés par les manifestations sportives, les balades le long du Front River, le Motown Museum qui va investir l'an prochain 50 millions de dollars et l'attraction numéro 1 : le Ford Museum and Greenfield Village. »

En voiture !

Direction Dearborn, lieu de naissance de Henry Ford le 30 juillet 1863, où s'étend aujourd'hui le plus grand musée couvert et à ciel ouvert des Etats-Unis. Cet énorme parc d'attractions, dont Main Street inspira Walt Disney pour Disneyland lors de sa visite en 1940, présente 300 ans de l'histoire américaine. Ce sont, par exemple, les témoignages de la révolution industrielle aux 15 millions de Ford T vendues et l'habitat avec le laboratoire de Thomas Edison expérimentant le filament de tungstène pour la lampe à incandescence.

 

 

 

Le succès voisine aussi avec l'échec : la voiture Tucker 48 avec l'innovation du phare central directionnel ne fut produite qu'à 50 exemplaires alors que la maison métallique circulaire Dymaxion, créée par Richard Buckminster Fuller en 1927, fut boudée par le public. Elle voulait être une « machine à habiter ». S'ensuit un instant d'émotion devant le bus de Rosa Parks, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis, et la limousine décapotable dans laquelle avait pris place Kennedy lors de sa visite fatale à Dallas.

La fin du « Heidelberg Project »

Lorsque la situation économique de Detroit se dégrada, beaucoup de résidents laissèrent leur maison à l'abandon. Nul acquéreur ne se profilait à l'horizon et il fallait dépenser 14 000 dollars pour la vider et la démolir. En guise de protestation sociale, l'artiste Tyree Guyton commença à décorer les façades des habitations en ruines de Heidelberg Street. Des objets hétéroclites « encombrèrent » les jardins. Par deux fois, la Municipalité de Detroit tenta de détruire cet ensemble de 27 parcelles. Un taudis pour les uns ; une forme d'art réactionnaire, admirée par 280 000 visiteurs en 2016, pour les autres. Dépêchez-vous ! Tyree Guyton jette l'éponge après 30 ans de création.

 

Let's go !

En retrait des sentiers battus que sont New York, la Californie et la Floride, Detroit est une escale d'au moins 3 jours pour les Européens à inscrire sur l'axe Montréal, Toronto et Chicago. Pour les surprises de l'inhabituel dans le Michigan.

 

Claude-Yves Reymond

 

 

 

 

En pratique

Aller

Au départ de Genève pour Detroit (transit à Newark), United Airlines au départ matinal permet d'arriver en fin de journée dans le Michigan.

Pour une entrée sans visa pour les « non Américains », l'ESTA (Electronic System for Travel Authorization) est obligatoire La demande se fait uniquement on-line. Attention de bien utiliser le site officiel! : www.esta.cbp.dhs.gov

Dormir

Aloft Detroit at The David Whitney (1 Park Ave, Detroit, MI 48226, www.aloftdetroit.com) offre le confort moderne dans un bâtiment historique. L'arrêt du Detroit People Mover (tramway suspendu) est à 100 m.

Manger

Restaurants et lieux de distractions dans le quartier de Greektown.

Spécialité de Detroit : le Coney Dog, un hot-dog garni à profusion de chili, d'oignons et de moutarde. A essayer au moins une fois.

Acheter

Acquérir une montre Shinola assemblée à Detroit avec des pièces suisses ? C'est trendy mais cher. La visite du Flagship Store (441 W Canfield) est gratuite.

Visiter

En 2 heures, ShowMeDetroitTours.com vous conduit dans les centres d'intérêt de Detroit, avec notamment le parcours du Heidelberg Project en banlieue.

The Henry Ford Museum (20900 Oakwood Boulevard, Dearborn, MI 4812, www.thehenryford.org), transfer avec Uber, environ 35 dollars.

Motown (2648 W Grand Blvd, Detroit, MI 48208, www.motownmuseum.org)

Se renseigner

www.visitdetroit.com

 

 

 

04.04.2017 09:42

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Histoire d’une « Colorad’eau »

USA

| Manitou Springs

Quand une eau minérale, bienfaisante pour le système digestif et l’ossature, issue des sources du Colorado, n’est vendue qu’en Asie, il y a de quoi enquêter.

Nager avec un dauphin

USA

| Mouillé comme un poisson

Au Miami Sea Aquarium à Miami, c'est possible

Publicité