Edition ETE 2019

« Candy Crush » à Neuchâtel

Suisse

| Escapade

Que reste-il ici du Sugus, mondialement connu? Trois fois rien mais qui sont uniques.


Un super marché à Serrières. Une promo pour un sachet de Sugus, créé par l’entreprise Suchard en 1931, avec son mélange coloré. Souvenez-vous de votre enfance ! Le rouge au goût de fraise était votre préféré. Vous craquez, même si la liste des composants à l’affichage obligatoire vous laisse, devenu adulte, quelque peu songeur.

 

 

La production de cette friandise, inscrite au Patrimoine culinaire suisse depuis 2008, est aujourd’hui à Reims. Néanmoins, à Neuchâtel, la Cité Suchard, composée de 16 bâtisses classées, témoigne de l’architecture paternaliste du chocolatier, à la fin du XIXème siècle. A cette époque, il était à la mode que les patrons, pour améliorer leur image, s'occupent un peu du bien-être de leurs forces de travail.

Un original éclairé

A l’angle de la rue des Battieux et de la rue Tivoli, Philippe Suchard (1797-1884), figuré dans un buste du sculpteur veveysan Charles Reymond, vous adresse un clin d’œil malicieux.

 

 

Grand amateur de voyages exotiques, il s’embarqua à l’âge de 76 ans dans un tour du monde de cinq mois. Imprégné d’orientalisme, le chocolatier de retour fit coiffer sa maison, à quelques pas, de bulbes et d’un belvédère en forme de minaret. Cette surélévation abritait un petit cabinet personnel aux décors peints évoquant des motifs orientaux.

 

 

Habitée, cette maison ne peut se visiter tout comme les 16 autres, construites, dès 1887, formant la Cité Suchard le long du Passage de la Cité Suchard. On en demeure aujourd’hui à une découverte patrimoniale vue de l’extérieur.

Duplex

Trois types de maisons forment ce quartier. Les petites sont divisées par la moitié en hauteur, chaque ménage habite sur deux niveaux… mais le terme duplex n’est pas encore à la mode. Quatre ou six chambres par famille, une cuisine, deux chambres hautes, un local en sous-sol pouvant servir d'atelier, une cave voûtée et un bûcher. Les lieux d'aisance sont en dehors des maisons, à côté des bûchers, chaque famille a des latrines.

 

 

Le site www. Cite-suchard.ch relate l’ambiance de l’époque : « Le jardin clôturé, bien exposé au soleil et d'un grand rendement, a « une influence excellente sur la vie de famille », les maris aux légumes, les femmes et les enfants aux fleurs…

Philippe Suchard avait choisi cet endroit en raison de l’apport d’énergie hydraulique de deux rivières : la Serrière et le Seyon.

Les ouvriers allaient-ils jusqu'à la Maison du Prussien, en bordure de ce dernier cours d’eau, juste avant sa canalisation actuelle pour boire une bière ? Non. Au gré du temps, cette ancienne brasserie du XVIII ème siècle était devenue un moulin en 1801 puis une fabrique de chapeau de paille en 1850. Aujourd’hui, ce bâtiment et ses 3 roues à eau classés est une table gourmande.

 

 

Claude-Yves Reymond

pour Wellness & Santé septembre 2014 - "Découverte"

 

 

TOP infos

Manger. Le brunch dominical du Beau-Rivage (Esplanade du Mont-Blanc 1, Neuchâtel) est réputé mais à 70 francs par personne, certains ne trouvent pas leur compte dans ce 5 étoiles peu amène.

Situation pieds dans l’eau, le Silex Resto & Bistro (Rue du Port 2, Hauterive) est aussi fort couru. Dommage que les prestations en cuisine et en salle, du pire au meilleur, soient irrégulières d’un jour à l’autre.

Vue panoramique sur les trois lacs et assiette du jour à moins de 20 francs au Petit Hôtel de Chaumont ( Chemin de la Tour 20, Chaumont-de-Pury). Bien et on s’y arrête.

La Maison du Prussien, Rue des Tunnels 11. Menu d’affaires gastronomique au prix imbattable de 49 francs. www-hotel-prussien.ch

 

 

Acheter. N’en déplaise à la chocolaterie fondée par Philippe Suchard en 1825 et devenue aujourd’hui Wodey-Suchard (Rue du Seyon 5 au cœur de la vieille ville), les meilleures gourmandises se dégustent chez Walder, Grand-Rue 1 / angle rue Seyon-Hôpital. Le moelleux des pâtes de fruits est incomparable, le goût des « tablettes choc. à l'absinthe» relève de la curiosité.

 

Visiter. Le Centre Dürrenmatt (74, ch. du Pertuis-du-Sault, www.cdn.ch), signé Mario Botta, conserve l’œuvre de l’écrivain suisse.

 

 

Tout savoir sur la vie lacustre au musée-parc archéologique Laténium (espace Paul Vouga à Hauterive, www.latenium.ch)

 

 

Martini. Non, pas à l’heure de l’apéro, mais en voiture pour découvrir une autre cité ouvrière, témoignage de l’un des fleurons de l’industrie automobile suisse. Bâtie en 1902 pour les ouvriers, implantée non loin, à Saint-Blaise, la Cité Martini présente un ensemble architectural original.

 

 

Se renseigner. Office du tourisme, Place du Port 2, www.neuchâteltourisme.ch

Prestations courtoises mais indolentes.

 

L’oscar de la découverte

On y va sur un coup de tête. Est-ce un coup de cœur ? Assurément mais une journée suffit. Neuchâtel a réussi son contournement autoroutier, à vous de décider de la sortie.

06.12.2014 15:06

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Escapade à Davos

Suisse

| Davos, un impératif dans les Grisons

Air pur et lumière étincelante: prise d’atmosphère à Davos, une ville au rayonnement international.

Montreux pour soi

Suisse

| Balade d'un jour au coeur de la Riviera vaudoise. A Montreux, au soleil et à la «chotte».

Quand avez-vous visité le château de Chillon pour la dernière fois ?

Publicité