Edition OCTOBRE 2017

Pour New York, c’est Newark

USA

| United Airlines

En seconde position juste derrière JFK, Newark Liberty International Airport dispose de deux solides atouts : United Airlines et la proximité de Manhattan.


EWR, quinzième aéroport des Etats-Unis, accueillit, l’an passé, 34 104 027 personnes dont 12,6 millions de passagers United. « Si l’on regarde les chiffres de janvier à septembre 2013, le 40,2% des voyageurs a poursuivi son voyage vers l’une des 85 destinations que nous proposons, avec plus de 400 vols par jour au départ de Newark, précise Michael Mitolo, Hub Global Services Supervisor Airport Services. Depuis la fusion avec Continental en 2010, Newark est devenu le hub idéal pour nos liaisons quotidiennes de et vers l’Europe, 33 vols non stop et 29 villes.»

 

 

Au départ de Zurich et Genève à destination de New York et Washington, le trafic de United affiche une progression réjouissante : en octobre 2013, le coefficient de remplissage des appareils était de 79,7%.

La clientèle suisse semble ne prêter guère attention à l’âge moyen de 13, 5 ans des avions des compagnies américaines, un chiffre supérieur à la moyenne mondiale de 10 ans, ni au service à bord supportant mal la concurrence européenne.

Des efforts

Coup de jeune tout de même pour United avec la mise en service de 8 Boeing 787 Dreamliners et, sur les lignes intérieures, avec le remplacement des 757s par des 737-900Ers.

Les cabines sont modernisées régulièrement et la classe Business First demeure une référence, du moins en ce qui concerne le confort du siège/lit d’un confort irréprochable. Côté service, le personnel met, parfois, les bouchées doubles. Avec un départ à 9 h 10 de Genève, le lunch est déjà servi une heure plus tard. « Pour que les gens aient le temps de travailler », explique, avec un sourire, Marc dit Papa Bear, stewart en Business First chez United, le 4 novembre dernier, après 20 ans d’expérience chez feue UTA.

 

Pratique

La compagnie, fondée en 1926 dans l’Idaho, vient de signer un projet d’extension, sur 20 ans, avec l’aéroport de Newark, qui lui vit le jour en 1928. Un investissement de 150 millions de dollars est prévu pour faciliter le check in et le système de screening des bagages. Dommage, par contre, que le wifi ne soit disponible gratuitement que dans les lounges et que la ventilation des « food courts » s’avère peu efficace. Pour la petite histoire, le chiffre d’affaires du Mac Donald de Newark est le plus élevé des Etats-Unis et, secret d’état, il n’est pas communiqué.

 

 

Certes, le succès de EWR est dû à l’offre adéquate des liaisons de United, mais les connaisseurs apprécient également l’accès beaucoup plus rapide, par rapport à JFK ou La Guardia, à la zone économique du New Jersey et à l’île de Manhattan, à quelques stations de métro.

 

 

Pour faire ces 24 kilomètres, empruntez l’AirTrain Newark (http://www.panynj.gov/airports/pdf/ewr-airtrain-brochure-french.pdf) jusqu’à la gare de Newark puis prenez la correspondance pour New York Penn Station ou, avec changement à Journal Square, pour Union Square ou le nouveau World Trade Center de Manhattan ! C’est facile, rapide (30 à 40 minutes) et avantageux (12 dollars). Le prix de Super Shuttle avoisine 40 dollars, le taxi coûte le double. « Time is money » pour mieux savourer la grosse pomme.

 

Article en pdf (version courte)

Claude-Yves Reymond pour travel inside - 27 avril 2014

De retour de New York

27.03.2014 15:32

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Le come-back de Detroit

USA

| Michigan (USA)

Mise en faillite en 2013 pour une dette à « oublier » de 18 milliards de dollars et confiance regagnée aujourd'hui, bienvenue à Motor City. Le surnom de cette mégapole que rien ne peut arrêter.

Eponge naturelle à Tarpon Springs

USA

| Mousse extrême

Tarpon Springs, dans le golf du Mexique en Floride, est la capitale mondiale de l’éponge. La demande dépasse l’offre. Cet accessoire indispensable à tout bain façon bien-être demeure cependant un privilège accessible à toutes et à tous.

Publicité