Edition AVRIL 2018

En Floride chez Thomas Edison

USA

| Il était sourd

L’Etat-soleil de l’Amérique emballe l’Europe… en douze à treize de vol « boîte à sardines ». Mais qu’importe le flacon du voyage, pourvu qu’on ait l’ivresse « sea, sex and sun » et le plaisir de la découverte.


Entre les paresses océanes, la machine à rêves de Disney World et la vision des orangeraies à l’infini se glissera la visite de la maison-laboratoire de Thomas Edison à Fort Myers. C’est un endroit incontournable et étonnant où le créateur du phonographe mit au point quelques-unes de ses 1097 inventions répertoriées. A visiter en deux heures pour trois surprises.

Premier étonnement : la maison d’Edison se niche à l’intérieur d’un gigantesque et luxuriant jardin botanique. Le savant avait-il un goût immodéré de la nature ? Pas vraiment, c’était plutôt chez lui l’intuition que celle-ci pourrait l’aider à améliorer ses découvertes. Ainsi, en 1879, Edison se heurtait au problème de la combustion rapide du filament de l’ampoule électrique qu’il avait créée. Il étudia le bambou, dont la résistance de la fibre lui apporta la solution de longévité.

Des abeilles pour la cire

Et si, à la même époque, l’ingénieur se mit à élever des abeilles, ce fut pour la cire et non pour le miel. Il s’agissait à tout prix de tirer parti – et profit – de l’idée de Léon Scott, en 1857, de transformer les sons en sillons gravés sur un support. Bell et Tainter étaient aussi sur les rangs. Les résultats de leur « Graphophone » furent même si concluants qu’Edison, pris de vitesse, dut racheter leurs brevets en 1885. Son idée de génie à lui, en 1889, fut d’amplifier les sons par un haut-parleur et de substituer la cire à l’étain.

Edison Winter House

Trente ans plus tard, avec l’aide de Ford et de Firestone, le savant, pressentant une seconde guerre mondiale, se lança dans la culture de banians. Persuadé qu’avec du latex issu de cette sorte de figuier il trouverait le moyen de fabriquer du caoutchouc synthétique afin de libérer son pays de toute dépendance étrangère.

Maison préfabriquée

Good bye la nature et place au préfabriqué. Thomas Edison avait 38 ans quand il s’établit à Fort Myers. Il était gravement atteint dans sa santé et les médecins lui avaient recommandé le soleil de Floride pour se rétablir. L’endroit lui plut et, remis d’aplomb, l’ingénieur se mit alors à concevoir les plans de sa future maison–laboratoire.

Une seule idée l’animait : elle devait être en éléments préfabriqués, simples à monter et facilement transportables. Ainsi fut fait en 1885 et cette villa que le visiteur découvrira à Fort Myers et considérée comme l’une des premières d’un genre reproduit par la suite à des millions d’exemplaires aux Etats-Unis. Un peu plus loin, c’est la piscine construite en 1900. A nouveau, une conception unique pour l’époque, qui conjugue le réservoir assurant le système d’irrigation des jardins expérimentaux et l’agrément du bain. Cet homme joignant toujours l’utile à l’agréable.

Edison Winter Home

Dernière surprise : Thomas Edison était sourd et pourtant il inventa le phonographe. Comment fil-il ? Cet homme génial eut l’idée de placer l’appareil dans un cadre de bois qu’il mordait vigoureusement. Ses dents vibraient et les os de sa mâchoire accusaient réception des sons qu’il ne pouvait pas entendre mais seulement ressentir. Ce phonographe est exposé dans la dernière salle du musée au milieu de 200 autres. Thomas Edison mourut en 1931, à l’age de 84 ans. Une vie riche de 1097 inventions.

Claude-Yves Reymond pour traveltips avril 2011

INFOS

Edison & Ford Winter Estates, 2350 McGregor Blvd, Ft. Myers FL 33901, http://www.efwefla.org/. Ouvert tous les jours de 9 h à 17 h 30.

18.04.2011 17:59

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Dans le port de Baltimore

USA

| Une ville à ne pas manquer sur la Côte Est

Malfamé autrefois mais avenant aujourd’hui, le port de Baltimore joue la carte du tourisme de proximité.

Miami: Le boom des « papy-boomers »

USA

| Jeune d'esprit

Miami joue la carte de la génération épanouie à l’espérance de vie accrue. Entre croisières, hôtels/condos de luxe et musée de l’érotisme.

Publicité