Edition HIVER 2020-21

Vacances en Tunisie

Autres pays

| Loin de la foule

Tabarka est une découverte.


Le secteur du tourisme est vital pour la Tunisie et il s’agit de redonner confiance aux futurs visiteurs de la toute jeune Tunisie démocratique. Les organisateurs de voyages suisses ont remis ce pays dans leurs programmes de vacances, alors pourquoi pas tout en sachant qu’un certain disfonctionnement de prestations et un éventuel sentiment d’insécurité peuvent être à votre rendez-vous.

Tout au nord de la Tunisie et à l’écart des destinations populaires habituelles se niche Tabarka. Un régal pour les individualistes, amateurs de plongée sous-marine, de chasse et de bien-être.

 Dès l’arrivée, mille surprises dans un choc de couleurs inhabituelles éblouiront vos yeux. Le reflet de la côte boisée fait virer « La Grande Bleue » à l’émeraude, les volets des maisons sont jaune en l’honneur du mimosa omniprésent, le gazon vert se mélange au sable doré de la plage sans oublier les petits vendeurs près du fort génois du XVIème siècle qui vendent des colliers de corail rouge et noir. Une récolte locale autorisée mais limitée à un maximum de 50 kilos.

 

Corail à Tabarka

 

Plongeon

Particulièrement renommée pour la richesse de ses fonds marins, pour ses tombants, ses tunnels et son fameux Rocher aux Mérous dont la colonie est protégée de pêche, Tabarka dispose de quatre centres de plongée. Le plus ancien, « Le Club Nautique Municipal » propose un baptême de plongée dans la grotte aux pigeons aux fonds rocheux de 3 à 15 m de profondeur à moins de 30 francs. Après quelques séances de pratique d’une heure 30 à 2 heures, le parcours des tunnels longs de 100 m, à 20 minutes du port, révèle des bancs de mérous, de sargs et de cigales de mer. Un plaisir des yeux, sans hameçon ni fusil de chasse.

 

Tabarka paradis de la plongée

 

Dans le viseur

L’arrière-pays de Tabarka est constitué d’une obscure forêt de bouleaux d’aulnes et de chênes-liège qui est l’arbre roi. Cet espace, avec la garrigue qui le prolonge vers l’est, est un paradis pour les chasseurs. D’octobre à janvier, « Coralis Tabarka Voyages » accueille environ 1000 chasseurs mettant en joue des sangliers. « La semaine vaut environ 1200 euros, permis, formalités, hôtel et repas servi en forêt inclus, précise Jenhani Mohamed Fadhel, directeur de cette agence. Ce prix, presque trop marché, est incitatif… mais nous veillons à ce qu’il n’y ait pas de massacres. »

 

Bien-être

Marche en forêt et attente de la proie dans l’humidité, quelques courbatures seront peut-être au rendez-vous. Connue depuis l’Antiquité, la station thermale d’Hammam Bourguiba à proximité propose des cures ou des soins à la carte en rhumatologie et ORL dans un centre moderne accolé à un hôtel de 4 étoiles. L’eau jaillit à 48 degrés.

 

Hôtel Sentido Tabarka

 

Tabarka, quant à elle, dispose de trois établissements de thalassothérapie appréciés notamment par les golfeurs. Le green de 18 trous dont 7 en bordure de mer s’étend sur 110 hectares.

 

tabarka

Les Aiguilles de Tabarka sont un groupe de rochers monolithiques de 20 à 25 m de hauteur, de formes spectaculaires sculptées par l’érosion.

Selon les spécialistes internationaux du tourisme, Tabarka aurait le potentiel de devenir une destination de qualité supérieure. Hâtez-vous de la découvrir avant une déferlante populaire !

Claude-Yves Reymond

H2O

L’arrière pays de Tabarka est surnommé la petite Suisse. A 800 m d’altitude, les maisons de la petite ville d’Ain Draham ont des toits pentus. Il y pleut régulièrement et il y neige parfois. La région s’avère être le château d’eau de la Tunisie avec 13 barrages et lacs artificiels.

Taquin

Un café crème s’appelle ici un capucin. Tant pis pour le capucino cher aux touristes italiens majoritaires qui apprécient Tabarka à deux pas de chez eux. A déguster au Café de France, au cœur de cette ville sans feux de signalisation. Il paraît qu’il n’y en aura jamais pour préserver une certaine fantaisie de rouler en toute convivialité. Inch Allah !

 

04.04.2011 17:18

Les informations de l’article ci-dessus ont été vérifiées lors de sa mise en ligne. La rédaction de partir-magazine.com ne saurait être tenue responsable pour tous changements et modifications intervenus après sa publication.

Vous aimerez aussi:

Palais Lomé

Autres pays

| Centre d'art et de culture au Togo

Un projet et désormais un lieu unique en Afrique.

Deux mondes en Malaisie

Autres pays

| Traditions entre hier et demain

Les impressions de Sandrine Tourret, voyagiste.

Publicité